1964! L'enseigne de vaisseau Tabarly

12. Févr., 2015

un jeune camarade qui fait figure de Professeur!

Présenter le livre d'un jeune camarade qui fait dorénavant figure de professeur devrait inquiéter quelque peu aujourd'hui son ancien.
Et pourtant, lorsque Éric Tabarly m'a posé la question, bien avant le départ de la course transatlantique, aucune arrière- pensée ne me hantait. Il était à n'en pas douter l'officier de marine de la situation et, à mon avis le seul yachtman français capable de remplir le programme qu'il s'était lui-même fixé: Représenter la France de la façon la plus honorable possible dans une compétition pleine de difficultés et d'aléas, pour laquelle plusieurs de ses concurrents avaient déjà acquis une solide expérience.
La préparation d'un bateau neuf posait de sérieux problèmes, mais j'avais acquis la certitude, dans le cas où il pourrait terminer à temps son armement, ce à quoi il est parvenu de justesse, que l'enseigne de vaisseau Tabarly réaliserait une très bonne performance. Sa réussite totale me comble de joie sans réellement me surprendre.
Le capitaine de vaisseau De Kerviler (chef du service des sports et foyers, de la Marine.

Rencontre de légende

30. Juil., 2014

La Route du Rhum 1986

Cinquième jour de mer, Les conditions éprouvantes ont créé des liens entre nous et elles ont développé notre esprit de solidarité(récit de Nadine Dupré Dans Voiles-aventures-.com)et d'entraide. Surprise: Un Breguet-Atlantique nous survole et nous apprend via la radio qu'un concurrent de la Route du Rhum est en difficulté .C'est Éric Tabarly sur Côte d'Or II Il lui manque l'avant d'un flotteur et compte tenu de l'état de la mer (très grosse) et des 40-50 nœuds de vent ,il préfère abandonner son bateau. Le Hasard a voulu que nous soyons le bateau le plus proche. A trois heures du matin nous arrivons sur zone. Un cargo s'est dérouté et nous propose de" casser la mer" et le vent. La tension monte. Nous savons que nous n'avons droit qu'à un seul passage Après une manœuvre délicate .François et moi hissons Éric à bord. Je croise son premier regard. Il est gravé dans ma mémoire, ainsi que son "merci". A Arnaud:" Belle manœuvre!" Pendant 48 heures ,nous avons eu la joie de naviguer et manœuvrer avec un grand marin, qui nous a régalés d'histoires sur son enfance et sur la restauration de Pen Duick.

Pen Duick

C'est l'histoire d'amour entre moi et mon bateau,avec les émotions nées de ce long compagnonnage, que je vais raconter.

(nous  écrit Eric Tabarly en 1997 dans son livre :Mémoire du large.)Cela surprendra sans doute  ceux  qui m'ont afflublé de la réputation inexacte d'ours taciturne, de catastrophe médiatique.C'est mal me connaître.Sans être un bavard, je ne suis pas un silencieux.Au contraire.J'aime bien parler et lorsque le sujet m'interrésse[...] il m'arrive d'être intarissable.Lorsqu'on me demande ,a propos de Pen Duick si je suis heureux qu'il navigue toujours à son âge, je suis incapable de faire l'éffort de répondre.Il est évident que  sentir ce pont en bois sous mes pieds me rend heureux et que d'écouter ses  bruits familiers , sa manière à lui de me parler, me procure du plaisir .Sinon  depuis  quarante ans , me serais-je endetté et aurais-je tiré le diable par la queue pour que Pen Duick glisse encore sur la mer? Je n'ai rien oublié de ce que nous avons vécu ensemble.

Quelques pages plus haut ,Monsieur Tabarly  dit:" Comme on dit "premier amour" je pourrais le baptiser "Pen duick premier".Parceque l'histoire de ce cotre centenaire est une histoire sentimentale."

Pen Duick est né en 1898 sous  le premier  nom  de "Yum" Il se nomme ensuite Magda,Griselidis,Cora V ,Astarté, Panurge,Butterfly ,selon ses différents propriétaires.

Il a beaucoup régaté et semblait devoir finir sa carrière dans les roseaux.

Eric nous précise  encore:" De tout temps, j'ai aimé  naviguer.Surtout sur Pen duick,car, aussi loin que remontent mes souvenirs d'enfance ,je l'ai toujours considéré comme un bateau plus beau que les autres.

Le plaisir  que j'ai éprouvé la première fois que mon père m'a autorisé à le barrer ne s'est jamais  démenti et demeure un bonheur constant.On n'explique pas une passion conclut-il.